L’éclairage de sécurité doit permettre, lorsque l’éclairage normal est défaillant, l’évacuation sûre et facile du public vers l’extérieur. Pendant l’éclairage normal, les blocs de secours sont à l’état « veille », et en cas de coupure de courant, ils passent à l’état de « secours ».

Un système d’éclairage de sécurité dans un établissement est défini dans sa conception, son installation et son exploitation par deux types de textes : des textes réglementaires et des normes produits.

Réglementation : les textes réglementaires pour les ERP ou ERT imposent des règles d’installation et la conformité des produits de sécurité aux normes en vigueur.

Les normes concernant les blocs autonomes de sécurité

Les blocs autonomes installés dans tous types d’établissements ERP (Etablissements recevant du public) et ERT (Etablissements recevant des travailleurs) doivent être conformes aux normes qui les concernent.

  • NF C 71-800 Aptitude des blocs autonomes d’éclairage de sécurité à la fonction Evacuation.
  • NF C 71-801 Aptitude des blocs autonomes d’éclairage de sécurité à la fonction Ambiance.
  • NF C 71-805 Aptitude des blocs autonomes d’éclairage de sécurité à la fonction d’Habitation.
  • NF C 71-820 Performance SATI » : Indique que les Systèmes Automatiques de Test Intégré (SATI) dans les blocs assurent de manière fiable et répétitive tous les contrôles demandés par la réglementation.
  • NF EN 60598-2-22 spécifie les prescriptions applicables aux luminaires pour l’éclairage de secours.

Les fonctions de l’éclairage

Les différentes technologies :

      • Standard : les tests réglementaires doivent être effectués par une personne compétente. Abandonner progressivement au profit des blocs SATI.
      • SATI (Système Autonome de Tests Intégrés) : le bloc effectue les tests réglementaires automatiquement, périodiquement et signale les défauts.

Éclairage d’évacuation

Fonction : Il doit permettre d’atteindre les issues en assurant (EC8 §2) :
– l’éclairage des cheminements et des sorties,
– la reconnaissance des obstacles,
– l’indication des changements de direction.

Il est obligatoire dans les locaux recevant 50 personnes et plus ou ayant une surface supérieur à 300m_ en étages et rez de chaussée, et 100m_ en sous sol. (EC9).
Application : Pour les couloirs et dégagements, les BAES ne doivent pas être espacés de plus de 15m et doivent disposés d’un flux assigné d’au moins 45 lumens.

Éclairage d’ambiance

Fonction : Il doit assurer un éclairage suffisamment uniforme pour permettre une bonne visibilité dans un local et éviter tout mouvement de panique (EC8 §3).
(EC10) Il doit être allumé en permanence en cas de disparition de l’éclairage normal-remplacement. Il doit être basé sur un flux assigné d’au moins 5lumens/m2 de surface du local.
Application : pour tout local pouvant recevoir au moins : – 100 personnes en étage ou au rez de chaussée,
– 050 personnes en sous-sol.

Réglementation concernant les éclairages de sécurité

Les obligations de l’exploitant :

1. Vérifications périodiques :

Les installations d’éclairage de sécurité doivent faire l’objet de vérifications périodiques effectuées par des personnes ou organismes agréés avec une périodicité dépendante du type d’établissement. Ces contrôles sont précisés dans l’article EC14 du Règlement de Sécurité. La norme NFC 71-830 définit, conformément au Règlement de Sécurité, les procédures d’exécution des opérations de maintenance.

Les opérations de maintenance doivent être enregistrées dans le registre de sécurité de l’établissement. Un rapport annuel doit être établi et annexé au registre de sécurité. Art 123-51.

Vérifications mensuelles :
Du passage en mode secours en cas défaillance de l’éclairage normale et l’allumage de toutes les lampes. Vérifier l’efficacité de la commande de mise au repos à distance et de la remise en automatique.

Vérifications trimestrielles :
Du passage en mode secours en cas de défaillance de l’éclairage normal et l’allumage de toutes les lampes.

2. Récupération des déchets (accu, tubes..)

Les responsabilités de l’Installateur. Il doit respecter :
– la conformité des produits aux normes de sécurité en vigueur,
– Les règles d’installations des blocs.

Si l’installateur constate des anomalies dans le bon fonctionnement, ou dans l’installation des produits de sécurité, il se doit de le signaler. En effet, il doit exercer son rôle de conseil en tant que « spécialiste ».

Lexique

BAES : Bloc Autonome d’Eclairage de Sécurité.
Concerne tous les blocs d’évacuation et anti-panique.
Bloc d’évacuation : autonomie d’ 1 heure et flux lumineux de 45 lm.
Bloc anti-panique : autonomie d’ 1 heure et flux lumineux de 390 lm.

BAEH : Bloc Autonome d’Eclairage d’Habitation.
Concerne les blocs destinés à l’éclairage des parties communes des bâtiments. Il fonctionne sur le même principe que le BAES.
Autonomie : 5 heures.
Flux lumineux : 8 lm.

BAES + BAEH : Pour tous les locaux sommeils (hôtels, hôpitaux, internats, maisons de retraite…).
Ils assurent la continuité de l’exploitation en cas de coupure de l’éclairage normal et la fonction d’évacuation en cas d’alarme incendie. Il est constitué d’un bloc BAES d’évacuation et d’un BAEH.
Il est obligatoire pour les locaux à sommeil.
Autonomie : 1/5heures.
F lux lumineux : 45/8 lm.

Autres produits de la gamme

Les télécommandes :

Bloc portable :

Remarque : les informations communiquées concernant les produits, normes et autres réglementations peuvent évoluer suite à la publication de ce contenu.